Les manuscrits de Robespierre valent bien ceux de Gadhafi


Des manuscrits inédits de Robespierre sont mis en vente aux enchères mercredi à Paris, un évènement très attendu qui suscite convoitises et craintes de les voir partir à l’étranger, ce qui priverait la France d’un précieux patrimoine, A rapporté l’AFP dans une dépêche datée du 18 Mai (aujourd’hui, ndmm). 

La valeur de ces papiers noircis au plus fort de la terreur (entre 1792 et 1794) de la main impitoyable de celui qui causa la perte de quelques dizaines de milliers de français serait estimée à 250 000 euros. Des torche-culs que la double dynamique de l’histoire et du capitalisme aura immanquablement transmués en un inestimable trésor. L’écrivain tchèque, Milan Kundera, mène une réflexion sur le problème (ironie du sort il a pris l’exemple de Robespierre), dans son roman l’insoutenable légèreté de l’être :  

‘Si la révolution française devait éternellement se répéter, l’historiographie française serait moins fière de Robespierre. Mais comme elle parle d’une chose qui ne reviendra pas, les années sanglantes ne sont plus que des mots, des théories, des discussions, elles sont plus légères qu’un duvet, elles ne font pas peur. Il y a une infinie différence entre un Robespierre qui n’est apparu qu’une seule fois dans l’histoire et une Robespierre qui reviendrait éternellement couper la tête aux français.’

Robespierre tout bourreau qu’il fut serait donc unique, et pardonnable pour ainsi dire, à cause l’irréversibilité de l’histoire. Même si l’on sait le sort qui lui a été réservé par ses contemporains. 

Quid des Saddam, Gadhafi et autre Al Assad ? Jouiront-ils de la même aura dans 200 ans?

Aux dernières nouvelles, l’état français souhaiterait exercer son droit de préemption sur les manuscrits en vue de leur   l’acquisition lors de la vente. Attitude pour le moins étrange, si l’on songe à l’expédition punitive que mène actuellement le gouvernement français contre le régime du colonel Gadhafi dont les manuscrits valent bien ceux de Robespierre. Ce n’est qu’une question de temps. 

8 commentaires :

Anonyme a dit…

J'aime te lire =)
(Imene)

Nazim Baya a dit…

Merci Imene :)

altrove a dit…

même un grand amour qui réapparaît toujours égal à soi même il serait insupportable

Allouche a dit…

Je pense que c'est mal connaitre Robespierre que de le comparer à Kadhafi ou à Sadam. Il fait partie de ceux qui se sont sali les mains en voulant garder la révolution propre! Une comparaison avec Amirouche ou Che me semble plus appropriée!

Nazim Baya a dit…

Face au tribunal de l'Histoire on est jugé pour les idées qu'on a défendues, mais devant le tribunal des hommes on ne rend compte que de ses actes, aussi un Robespierre et un Gadhafi ou un Saddam se valent-ils.

Je n'ai pas voulu poussé la provoc jusqu'à le comparer avec Ali Benhadj, ce qui, avec un peu de recul, me parait plus judicieux. Imaginons que la umma établisse dans 200 ans une république islamique, que fera l'histoire de Benhadj??

Allouche a dit…

Dans ce cas, pousse un peu plus la comparaison jusqu'à Amirouche et Che! ;)

Et pour ce qui est des idées de Robespierre, elles sont déjà largement en place, c'est tout simplement les idées de gauche de la Révolution française. Les communistes ont tenté de le récupérer d'ailleurs (des rues portent son nom dans des villes communistes ou de gauche) mais historiquement il était plus Parti Socialiste d'aujourd'hui disons...

Nazim Baya a dit…

Tu m'auras compris: un meurtre commis au nom d'un idéal, quelque beau fût-il, reste un meurtre. Et que reste-t-il de républicain à la république dès lors qu'elle se met à broyer ses opposants?

Allouche a dit…

Je suis d'accord avec ça, mais est-ce que les raz de marée de passions qu'ont été la Révolution française, la guerre d'Algérie, ou la révolution cubaine auraient pu avoir lieu sans leurs lots de tragédies?...